Simulateur d'optimum dividendes / salaire


En 10 clics vous obtenez un rapport complet qui vous permettra de juger s'il est opportun d'engager une étude détaillée auprès d'un professionnel qui affinera les hypothèses de ce simulateur
Suivre l'actualité sociale et fiscale

Prime MACRON: un succès gâché
Publié le lundi 13 janvier 2020

Prime MACRON: un succès gâché

 

Fin 2018, le Président MACRON avait institué la « Prime exceptionnelle de Noël » exonérée de charges sociale et d’impôt sur le revenu. Ce fut un succès populaire : 4,1 millions de salariés, dont beaucoup de salariés de PME, touchaient, entre janvier et mars 2019, 2,2 Milliard d’Euros.

Trop beau succès au goût de Bercy qui a vu, dans cette aubaine accordée aux entreprises et à leurs salariés, un manque à gagner considérable. En effet, si ces sommes avait subi le sort normal des primes et avaient été incluses aux rémunérations soumises à charge et à impôt, l’état aurait perçu une rentrée supplémentaire estimée à près de 1 M€.

Intolérable perte pour le Ministère des Finances qui, pour 2020, a insisté pour complexifier le principe, histoire de le rendre dissuasif… Objectif atteint, car l’obligation de passer un accord d’intéressement avant de pouvoir verser la prime exonérée semble, selon toutes les enquêtes, dissuader 90% des dirigeants de PME de renouveler la mesure cette année. Le montant global des primes versées pourrait baisser de 70% en 2020 !

Notre ministre a cependant fait un étrange calcul sur lequel il est intéressant de se pencher.

 

1°) D’abord, l’état va-t-il gagner plus de recettes avec moins de Prime Macron ?

Rien n’est moins sûr car, selon leurs propres dires, les patrons qui renoncent à cette prime exonérée n’ont pas l’intention de verser une prime soumise à charge ou d’intégrer cette somme aux augmentations prévues. Ils ne voient pas l’intérêt de dépenser deux fois ce que le salarié percevra en net. Ni les caisses sociales, ni Bercy ne percevront donc le moindre centime sur ces sommes non versées. La recette espérée semble donc une recette « virtuelle ».

L’état sauvera peut-être une part de cette somme qui, en augmentant les bénéfices de fin d’année rentrera sous forme d’impôt sur les Sociétés ou d’Impôt sur le revenu. On peut estimer ce gain à quelques dizaines de millions d’Euros, au plus…On reste loin du milliard espéré.

 

2°) L’état perdait-il tant d’argent que cela avec cette prime ?

Là encore, la réponse est non !  En effet, si cette prime avait été maintenue, les salariés l’ayant perçue ne l’auraient pas caché sous leurs matelas mais, comme ils le font de tous leurs revenus, ils l’auraient dépensé à 85% (le taux moyen de l’épargne des ménage est d’environ 15%).

Sur ces dépenses, l’état aurait perçu de la TVA (au taux moyen de 8%) . Le solde aurait augmenté la Valeur Ajouté VA des entreprises. Cette VA constituant à 47% des ressources pour l’état (à travers les charges sur salaires, l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés).

 

En fait, on peut considérer que la Prime Macron 2019, de 2,2 Milliard d’Euros avait rapporté, in fine, 800 Md d’€uros à l’état, par la dépense autorisée par cette augmentation du pouvoir d’achat. La diminution de 70% prévue devrait donc priver l’état d’environ 500 Millions en 2020 !

 

Belle réussite que cette idée de M Bruno Lemaire qui, pensant gagner 1 milliard, fait perdre au budget 500 Millions. De plus, la perte de pouvoir d’achat correspondant à la baisse de Prime correspond à environ 0,1% de croissance qui auraient été bien utiles aux entreprises. Encore bravo ! 

▲ Haut de la page